CROP présente ses travaux aux partenaires du Togo

CROP - TOGO 9 juin 2015

Une équipe de chercheurs du CROP a présenté les résultats supplémentaires de l’enquête Afrobaromètre aux partenaires au développement du Togo, aux officiels du gouvernement, ainsi qu’aux bailleurs de fonds d’Afrobaromètre. La délégation de l’Union européenne au Togo a gracieusement accepté d’accueillir et d’aider à l’organisation de l’événement. Des représentants du gouvernement, du PNUD, de la CEDEAO et l’UE, entre autres, ont assisté à l’événement.

IMG_0500La présentation et les discussions ont été centrées sur trois thèmes principaux: le degré d’interaction entre le peuple et un ensemble d’institutions clés, la coopération entre le Togo et d’autres pays, et la démocratie et gouvernance.

Les résultats montrent qu’il y a peu d’interaction entre le peuple togolais et leurs représentants à tous les niveaux. Les chefs religieux et les chefs traditionnels interagissent plus avec le peuple. Ce manque d’interaction avec les institutions officielles et les représentants est pire au Togo que dans la moyenne des quinze autres pays africains pour lesquels nous avons les mêmes données. Parmi les explications possibles, il est important de mentionner que de tous ces pays, il n’y a qu’au Togo où les dirigeants locaux comme les maires ne sont pas élus, mais nommés par l’exécutif. Des disséminations antérieures ont également montré une crise de confiance de la population dans les institutions clés telles que le système judiciaire et les services de recettes fiscales. Les récentes réformes au Togo doivent être soutenues pour aider à résoudre ces problèmes.

En ce qui concerne la relation entre le Togo et les pays étrangers, tout en reconnaissant que la France a le plus d’influence sur leur pays, le peuple togolais classe les États-Unis à la tête des pays que le Togo doit s’efforcer à ressembler dans l’avenir. Par ailleurs, la majorité d’eux affirment que l’influence de la Chine sur le Togo est positive. Les principales raisons de cette évaluation est l’investissement de la Chine dans les infrastructures ainsi que le fait que les produits bon marché de la Chine favorisent l’accès aux technologies, comme les téléphones cellulaires, qui, autrement, seraient hors de portée pour la plupart. Enfin, tandis que les Togolais valorisent la démocratie et dénoncent la corruption, ils classent la santé, le chômage et les infrastructures, comme étant les priorités qui doivent être résolues.

L’Ambassadeur de l’UE au Togo ainsi que des représentants de différentes institutions ont encouragé CROP à continuer à maintenir la plus grande rigueur et l’intégrité dans son travail parce que cela est crucial pour le développement du pays et pour une meilleure compréhension du pays par ses partenaires.

Rédigé par CROP - TOGO