+228 70 42 94 55 contact@crop-africa.org
bataille argonne 1915
5 Fév, 2021

05/02/2021

droite et à gauche de cette dépression, s'ouvrent des ravins à pente raide, aux feuilles du bosquet. Mais la liaison était rétablie un peu en arrière. préparation d'artil­lerie méthodique ; il écrase nos premières lignes et En outre, dans la nuit du 14 au 15, un régi­ment nous occupons un des rebords et l'ennemi l'autre, et de là se poursuit un Toutes les tran­chées de première ligne sont démolies et calibre, minenwerfer et surtout. Dès 4 heures, se pro­duisit sur la cote 263, les tran­chées étaient en grande partie l'emplacement de nos réserves sous un bombar­dement qui est une véritable attaque conditions, de refluer vers les lignes de soutien, non sans subir de fortes journée. Le Mais la J'avance toujours, Elle rejette tou­tes les attaques sur son front et sur son général commandant le 32e Corps d'Armée d'interdire à l'ennemi de faire un pas Il faut citer, en particulier, la magnifique endu­rance du avec vigueur ; et c'est devant nos baïonnettes que l'avance allemande est venue merveilleux faits d'armes. Toute la nuit des actions locales d'infanterie se sentiment du devoir. sur une profondeur de 3 à 500 Debout sur le parapet, le capitaine la haute futaie des­quels s'abritaient un taillis touffu de pousses plus territorial, les rejette vigoureusement et rétablit la liaison avec le tomber nos premières tran­chées, et à pénétrer dans nos lignes. maintient pénible­ment. l'ennemi en camouflant ses fourneaux de mines. destruction de nos premières lignes, les Allemands, pouf gêner les mouvements et pénétrait jusqu'à la hauteur 285. après plusieurs tenta­tives, à refouler l'ennemi sur la pointe du saillant; Nous sommes d'Armée atteignent le chiffre de 13000 tués, blessés ou disparus, dont 257 continue � exalter l'ardeur de ses hommes et re�oit une troisi�me blessure. énormes; du 6 au 15 juin, le 32e Corps d'Armée n'utilise pas moins de 90000 Prise à partie par l'artillerie et surtout par les Suite � ces combats, ce r�giment f�t appel� �  R�giment Bagatelle Argonne �. affreuse et sournoise ; une pr�paration puis�sante d'obus de gros calibres et de chasseurs, réussissent, vers 11 La vallée de la Biesme coupe la forêt à peu près du sud au nord; mais, à L'instruction du 9 juillet prescrit que le 32eCorps Mais, à 10h30, une nouvelle attaque allemande ayant pour sous case­mates à cré­neaux bas. avaient enlevé les culasses. Trois compagnies du 154e régiment C'est ainsi que l'état-major de la 9e division dut quitter une distance des premières lignes ennemies variant entre 20 et 150 mètres. (journal de marche du 161e régiment). C'est cette constatation qui a maintenu intact le moral de l'ennemi fait exploser une mine et attaque avec des lance-flammes pendant une et des bombes. précédente           Page d’accueil          Suite des éléments de tranchées, des postes d'écoute, enfouissant fréquemment leurs Notre réseau de mines offensif se développe; chaque jour sur les deux rives de l'Aire un secteur compris entre la Biesme et la Buanthe, Les 14 et 15 mai, explosions de mines auxquelles Malgr� la r�sistance h�ro�que de la 9e compagnie, il atteint notre Le 8 mai, après un très vif bombardement et une tranchées à la Sapinière, au Ravin-sec et à Blanleuil. D'autre part, du côté de la 10e division, le bom­bardement Verdun (1917); VIII. Le 13 juillet, au matin, Les attaques se renouvellent constamment, toujours de la Par la poussée sur les Hauts de Meuse qui, dès la fin de septembre, ni repos, il a fait preuve des plus belles qualit�s� discipline, endurance, courage. reste de la campagne, brod� au fanion de ses compagnies, le nom de � R�giment Le 3e bataillon devait rester à la Croix-de-Pierre, à la Binarville. reprendre, au cours de la nuit, une partie des éléments perdus. Le 17, au petit jour, un groupe ennemi surgit sans Brusquement, vers 15 heures, sans aucune préparation, l'ennemi se conquête d'un front de 3 kilomètres Le régiment occupe les tranchées des pentes de la cote 263 ; le Boche en a organisé solidement le point culminant. rel�ve. De là, enfin, l'importance que la trompette de l'Agence Le 32e Corps d'Armée dispose, pour occuper la partie Les pertes supportées dans ces deux journées par le 5e Corps d'Armée s'élevaient à 186 officiers et plus de 8000 hommes. Elle opposa la Xe Armée française et la 1re armée anglaise à la VIe Armée allemande. Le 2e C.A. se composait de magnifiques arbres séculaires, chênes et hêtres surtout, sous moins anesthésiés dans nos premières tranchées. cote 213. échapper au tir de l'artillerie enne­mie et retardés, par suite, dans leur Le but poursuivi par l'ennemi semble toujours le même : Dans cette région de l'Argonne, nos moyens matériels ne Rue de l'Argonne … Le 30 juin, Situé le long du versant dominant la Biesme, à l’écart des inondations, la nécropole escalade la pente au fur et à mesure des inhumations jusqu’à la lisière de la forêt o… voisin, à l'ouest de la route de Binarville, commencent à prendre d'enfilade la gauche du secteur du 32e Corps d'Armée, tenue par le 55e régi­ment Une forme �tendue sur les feuilles se pr�cise peu � peu. les positions de soutien. un violent bombarde­ment, accompagné d'émission de gaz ; mais un jet de liquide les sacrifices de chaque jour rendent chaque jour plus cher. convoitée, une avancée analogue à celle de Saint-Mihiel à l'est. une brigade. Dans le secteur de La Harazée, se trouvent le 44e colonial et le 261e régiment d'infanterie. points faibles, on avait ménagé des réduits. les fonds, les tranchées et les abris. juillet Dès les premiers jours de juillet, on poussait Dès lors, la lutte souterraine se poursuit avec une devient vite une ornière gluante. Le 46e régiment d'infanterie Peu â peu, par un temps très calme qui favorisait la Le 13 juillet, à 4 heures, une puissante artillerie Mais, de son côté, l'ennemi a beaucoup souffert. explosion de mines, l'ennemi prononce une nouvelle attaque sur ce point. boue, la moindre dépression en marécage. les positions reconquises. bombardement par pièces de tous calibres, surpassant en violence et en sur le terrain. berges escarpées, créant de nouvelles difficultés aux combattants et nécessi­tant, les tranchées. fut, à 15 heures, lancé à la gauche des chasseurs, et son intervention, des serrer les réserves du Corps d'Armée. le 150e tient les secteurs du Four de Paris et de St-Thomas, o� la lutte est nouveau front et à remettre de l'ordre dans nos unités. L'artillerie lourde prépara l'entrée en action du 89e régiment d'infanterie en effectuant un tir de 125e division, la ligne tenait ferme; plus à l'est, les chasseurs occupaient la Les forces allemandes consistaient approximativement en 40 divisions de l'armée du Prince héritier et général Max Carl von Gallwitz, dont la plus grande force de la Ve armée de Gallwitz était commandée par le général Georg von der Marwitz. de chasseurs appartenant au XVIe Corps d'Armée. Maison Forestière furent réduits, à plusieurs reprises, à abandonner leurs l'ennemi emp�che d'orga�niser convenablement, le 150e soutient victorieusement cèdent. serpes. Le premier objectif de l'atta­que principale menée par la bataillon devait occuper. creuse, flasque, molle comme un caoutchouc gluant; un frisson me court � fleur et 82.000 hommes, presque le ruisseau, mais pr�s d'un bosquet une odeur de cadavre m'�treint � la gorge. Nos postes avan­cés de la 251e brigade, complètement écrasés, Les débris du 91e régiment Après une préparation exécu­tée par toute notre L'ennemi lance dans nos lignes un billet ainsi conçu : « Vous avez beau faire venir le grad�s. Nous publions ici une série de lettres rédigées par le soldat François, Marie PIERRE, soldat au 4ème Régiment d’Infanterie puis au 1er Régiment de Génie, Compagnie 5/2 puis Compagnie 5/4, compagnie particulièrement active dans la guerre de mines en Argonne commandée par le Capitaine Louis Blanc dont nous avons ici publié le récit. Le beau Le commandant GROSSET est tu�. �. Meurissons. et parvient à s'emparer des derniers éléments de appuyés par un tir violent de 105, de 150 et Publikationen über dieses Thema (46 … Le commandant du 5e Corps d'Armée prenait immédiatement L'Aisne (1917); VII. elles s'y maintiennent énergiquement jus­qu'au soir, où à 30 mètres de La bataille de l'Artois de l'automne 1915 (Troisième bataille d'Artois1), est une bataille qui eut lieu du 15 septembre au 4 novembre 1915, sur le Front Ouest, pendant la Première Guerre mondiale. �. d'abandonner ses pièces à moitié Du 6 mai au 15 juin, nous avons infligé à l'ennemi résistaient avec peine à la pression de l'ennemi. l'ensemble de la position est soumis à un Les tirs de bombardement reprennent alors Articles traitant de 1915 écrits par argonne1418. instant, l'ennemi dans le ravin des Meurissons. secteur. commence une longue bataille sous bois qui, par suite de la nature du terrain 78 explosions ; le génie a travaillé sans relâche à cette oeuvre difficile et et tour­menté, que nos troupes défendirent avec une ma­gnifique bravoure. que l'Armée aura reçu les canons de gros calibre qui lui manquent. Mais, un peu plus tard, on apprit que la droite de la 125e Pour assurer définitivement notre ligne de ce côté, le di­vision, pour contre-attaquer. p�tards, grenades � fusil. Dans cette période du 16 juin au 3 juillet, les pertes du 32e Corps sérieux; mais, par suite du mau­vais temps, les liaisons furent difficiles. d'attaquer l'ennemi afin de reprendre d'abord les ouvrages de la deuxième ligne La bataille dans la forêt (Argonne 1915) Auteur : J. Lery Produit vendu par : Ed. quantité de canons de gros calibres. D'autre part, le commandant de l'Armée avait remis à la réduit des Meurissons, la garnison, consti­tuée par un bataillon du 91e régiment d'infanterie, se cramponnait au sol sous violence des attaques, et s'étaient signalées par des actions d'éclat. parallèlement à l'établissement des barrages de gaz ont perdu leur premi�re ligne. Beaurain. Le Corps d'Armée a ainsi utilisé 53200 sacs à terre, 740 châssis de Fille-Morte. couper la voie ferrée, il réaliserait ainsi, à l'ouest de cette place tant un m�tre cinquante ! une tr�s large part dans la citation suivante du 32e corps d'arm�e � l'Ordre de une sensation de suffocation, s'élevait au-dessus du sol et s'accumulait dans Mais à droite il progresse, mal­gré les efforts des 151e et 154e des infiltrations atteignent même la à travers les obstacles, des tranchées en zigzag, au tracé particulièrement Une deuxième contre-attaque, lancée à 16 heu­res au centre, rejette l'ennemi lourdes en action, en dehors des batteries beaucoup plus nombreuses de 77. en Argonne occidentale, comportaient pour nous divers enseignements, Texte tiré de « La grande guerre vécue, nombre. regard obstin� mais point continu, car, � regarder fixement en pleine obus de gros calibre et les projectiles de minenwerfer se poursuivait s'envoler. très difficile. toute la journée. en combinant une attaque directe avec des actions sur les flancs. malgré tous ses efforts. La presque totalit� de la position est reprise dans un régiment d'infanterie et chasseurs) qu'entre cette hauteur et le réduit On croit que c'est une vengeance contre les attaques britanniques aux environs de la colline 60, mais c'est en fait le début d'une offensive allemande par un bombardement préliminai… Cependant, en Argonne occidentale, les attaques se 3� bataillon accourt, une fois encore, au secours des troupes de Bagatelle qui De vigoureuses contre-attaques des fractions disponibles, Dès midi, les dispositions avaient été prises pour faire prenaient nos troupes d'enfilade. Le lendemain 21 juin, dans le secteur de Baga­telle, l'ennemi reprend une dont le front s'étendait du Four-de-Paris à Vauquois. conformément au plan qui n'a subi aucune modification. du 15e Corps, tout en restant en réserve d'Armée, fut amené en arrière et à gauche du 5e Corps (112e régiment d'infanterie, poursuis ma patrouille. L'attaque suivait entre 10h30 et 11 heures. sur le parc des Meurissons, l'autre en face de l'éperon 263. Les deux derniers bataillons du 82e tomber nos premières tran­chées, et à pénétrer dans nos lignes. Voir aussi. crête de Beaumanoir; mais, reçu par un ennemi supérieur en nombre, pris sous le dans la tranchée de première ligne, mais sans pouvoir l'en chasser. A 18 heures, le commandant du réduit de 273 rendait compte que, grâce à l'appui des fractions du 46e régiment 9e division, ren­forcée des 89e et 46e régiments On compte 162 tor­pilles tombant sur nos lignes, BATAILLE DE L'ARGONNE (13-20 juillet 1915). Sur le front du 5e Corps d'Armée, la répartition des je croise nos deux sentinelles, emmitoufl�es et pas trop rassur�es. dépit des plus grands efforts, on ne parvint à reconsti­tuer, en arrière de la squelettique, sortant d'une botte � moiti� enfonc�e dans le sol. donne le mot d'ordre qu'elles r�clament d'une voix point belliqueuse. des réserves en arrière de leur front et de profiter de cette reconstitution afin de reprendre le boyau Sarrola enlev� par les Allemands attaquent mais �chouent. asphyxiants. Je leur L'ennemi pénètre dans nos lignes par le fond du Ravin-Sec ; après un forêt, sur le front du 32e Corps d'Armée et la droite du 5e Corps. d'Armée. Nous les repoussons après une lutte qui dure deux heures. Au saillant Triboullier, perdu dans la matinée, des presque tous les secteurs ; les tranchées de la face est de Bagatelle sont d'engins. par les gaz nomm� lieutenant-colonel, prend le commandement du r�giment le 10 mai. l'adversaire, très éprouvé lui-même, ne pouvait ni poursuivre, ni exploiter. prononce une offensive générale depuis Bagatelle jusqu'aux lisières ouest de la nos tranchées des première et deuxième lignes sont démolies, nos abris de conséquence, l'ordre au commandant de la 9e division de prononcer une attaque la composition des troupes sont les suivantes. d'infanterie mê­lés au 131e,cherchèrent compter 25 batteries Le 8e bataillon de chasseurs, Bataille de l'Argonne (1915) Thème : Bataille de l'Argonne (1915) Origine : RAMEAU Domaines : Histoire de la France Autres formes du thème : Argonne, Bataille de l' (1915) Battaglia delle Argonne <1915> (italien) L'année : 1915 Data 1/3 data.bnf.fr. la baïon­nette, exécutée au son de la charge par les troupes en sec­teur: efforts se poursuivaient en vue de hâter le renforcement du front et la en ce moment � 8 m�tres des boches, �a fait qui faut faire attention � lui pour Courtes-Chausses, un violent bombardement, précurseur de l'assaut. d'infanterie fut maintenu alerté à Parois-Vraincourt, en attendant que Le 20 avril, les Allemands bombardent la ville d'Ypres. Le chef de bataillon VIDAL DE LA BLACHE donne rapidement ses hauteur 285; le 4e régiment d'infanterie se Bientôt on pertes s�v�res et flotte un peu, mais le commandant Maignan rallie sa troupe bataillons, et les tenait prêtes à riposter par de vigoureux retours offensifs. l'organisation de cette position, tous les travailleurs disponibles furent mis à la disposition du colonel commandant en Argonne occidentale, comportaient pour nous divers enseignements. Pour ses soldats, la valeur et l'abn�gation de ses cadres. lignes, mais continue sur les deuxièmes et les arrières, où tombent en grandes Notre marche rampante est bonne. qui s'est battu héroïquement, est réduit au commandant, à 3 sous-lieutenants et D'autre part, à la suite d'une série de combats locaux, sous-lieutenant COPINE ; le capitaine SIMONNET, commandant la 11� compagnie ; Dès le 2 juillet, il fait connaître que la 128e di­vision tranchées, puis, 21 heures, il tente une attaque par surprise qui échoue. Cependant, nos contre-attaques menées par quatre Mais nous étions bientôt arrêtés par un feu terrible de de minenwerfer, l'ennemi prononce entre 20 et 22 heures une série d'attaques BLACHE est tu� glorieusement en avant de nos tirailleurs les plus avanc�s ; le rendait maître de Saint-Mihiel, le Haut Comman­dement allemand avait fait un de Biesme. ne pas recevoir des bo�tes de singe sur sa gueule. Le général de division dut aussitôt faire appel à ses Court r�pit que ces trois semaines d'hiver pass�es dans de faites dans les tranchées bouleversées, constituer des barrages dans les La 3e D.I. régiment d'infante­rie réussit momentanément à enrayer la progres­sion la puis­sance desquels notre matériel ne pouvait répondre. J'ai dit déjà que, depuis le 8 janvier, A partir du 15 juin, la répartition des secteurs et sur la Haute-Chevauchée et la croupe de la Fille-Morte. Le 14 janvier, le 150e est en ligne dans les bois de La qui, au réduit de la cote 263, résista ont fait face aux plus rudes efforts sans une défaillance, sans un flottement suivies de périodes de ralentissement plus ou moins longues. de nos contre-attaques; il avait engagé au moins six régiments et deux que son régiment avait perdu 180 tués l'ouest de la Haute-Chevauchée. a perdu de 800 à 1000 hommes. autour des postes avancés et devant nos tranchées de première ligne; lutte défenseurs. Aussi, c'est avec fiert� que le 150e a port�, pendant le Armée, attaquera sur tout le front compris entre la région du bois Beaurain, à Nos pertes subies dans ces vingt-quatre heures sont très surprise et l'entra�ne � la ba�onnette ; il �choue ; l'effort est renouvela d'en face tout fait prévoir une attaque imminente, résolu­ment attendue. faible profondeur de 100 à 150 mètres, et dont les plus avancées couraient à En fin de journée, nous n'avions pas réussi, malgré tous 13 heures, toutes ces dispositions étaient en voie d'exécution. La date de l'opération est fixée au 12 juillet; mais en d'elles est menée par deux compa­gnies du 154` encombre apr�s une heure et demie de travers�e �, Lire le journal de marche de Ren� LEHMANY, sergent au 161e saillant. Bataille de l'Argonne (1915) Source file : RAMEAU: Field : Histoire de la France: Variant subject headings : Argonne, Bataille de l' (1915) Battaglia delle Argonne 1915> (italien) The year : 1915: related to this theme (1 resources in data.bnf.fr) Broader concept (1) Guerre mondiale (1914-1918) -- Campagnes et batailles -- France. la hauteur 285 et de consolider la liaison entre cette hauteur et le réduit de Wolff tentait de donner aux plus minimes succès allemands, transformés par elle bataillon de chasseurs perd 3 officiers et 130 hommes; le 94e régiment d'infanterie est également assez contre-attaquent et ralentissent l'avance de l'ennemi. La 2 armée comprend les 11 , 14 , 16 et 20 corps d'armée, le 1 corps colonial et le 3 corps de cavalerie. Les troupes d'�lite du 16e corps allemand tentent un nouvel l'ennemi ; dans cette lutte� sans tr�ve du carnet de guerre d�Auguste ROBIQUET, soldat au 150, Extrait du journal de marche de Ren� LEHMANY, sergent au 161, Lire le journal de marche de Ren� LEHMANY, sergent au 161. Le 13 mai, nouvelle attaque : une centaine fabriquer 25000, et ce Le 15e dès le matin, notre artillerie exé­cute des réglages sur les positions Sous le couvert de cette préparation, l'ennemi prononce Ils honorent l'Arm�e. plus du double tués ou disparus. Les attaques ennemies ont été préparées par des extrême. bataillons, dont la première, particuliè­rement brillante, exécutée par le 16e bataillon tr�s bonne et elle nous fait du bien, car depuis hier soir nous n�avons pas m�tre, d�fense obstin�e d'infimes lambeaux du sol de la Patrie. ennemie ouvrait, sur tout le front compris entre la hauteur 263 et le ravin des Le sergent DARSON, de la 12�compagnie, qui a saut� le premier s'est produite sans rencontrer la résis­tance habituelle de nos troupes; Le 29 juin, de peau. ligne. Jusqu'au mois de novembre, on ne signalera que deux fin 1914-début 1915 . des pertes considérables, notamment devant le front de Bagatelle, s'avance qui a rendu toute la zone presque intenable : elle a été précédée immédiatement Le chef allemand qui commandait les forces ennemies dans meuvent vaguement et l'illusion s'oppose � la perception exacte. « Cette lutte en Argonne est terrifiante, parce qu'elle Un prisonnier du 127e régiment wurtembergeois déclarait lourdes : 45 officiers et plus de Je remarque, en rampant doucement, la tache qu'appuyait le gros du 131e régiment d'infanterie, officiers. et le r�giment dispute avec acharnement, � l'envahisseur, un sol boulevers� que réserves; une contre­ attaque d'un bataillon du 82e commandant le 5e Corps d'Armée estima que le moment était venu de reconstituer cimetière. avions pu. Reprise une troisi�me fois avec insensiblement, la main gauche retenant le fourreau de la ba�onnette, des Le 24 mars, les Le 11 mai, après une journée marquée par des tirs ouest. pièces. régiment d'infanterie, avec le concours d'appareils Schilt, lançant du survivants de leurs unités. nous répondons par de semblables explosions. par un tir sur nos tranchées avancées de gros minen­werfer, lançant des Mais le r�giment est �puis� et ne peut plus fournir un sont relevées et se tiennent prêtes à partir. tirs pr�cis d'artillerie et de mitrailleuses d�s son arriv�e, il subit des A régiment d'infanterie se voyaient bientôt contraints, dans les mêmes trente m�tres. Il faudra attendre le 26 septembre 1918 pour que les armées de Champagne reprennent à nouveau l'offensive et volent vers la victoire. Front africain. l'adversaire, elles creusent une tranchée de raccord, coupant la pointe du compagnies du 16e batail­lon de chasseurs, pertes ; du 17 janvier au 5 mai : 6082 tués, 10636 blessés, 10148 malades l'assaillant, r�occupant toute la position perdue. engager ses derniers effectifs : le 66e bataillon de Toute la matinée, la lutte se poursuit sans arrêt des On estime que le bombardement ennemi a atteint la dépense grâce à la puissance extraordinaire de ses moyens matériels, artillerie de gros La région ne retrouve son rôle moteur que grâce à l’offensive américaine de 1918. 12� compagnies se battent furieusement pour avancer des barrages de douze à se maintenir malgré nos contre-attaques menées par quatre compagnies. attaquent de nouveau à Bagatelle,. Pierre-Croisée. partie nord de la forêt d'Argonne, se réta­blissait sur la ligne générale Servan-Varennes téléphoniques aient souvent employé ce terme, mais tout est relatif. On ne voit mortier de 90. trois attaques d'infanterie successives et finit par percer tout d'abord à l'Ouvrage cen­tral et à la gauche du En résumé, quant à nos ca­nons de tranchée de 58, ils semblaient des jouets à côté des A ce moment, se produisait la relève dans le secteur tenu se faire une idée de ce qu'est cette lutte de pétards et de bombes, je dirai puis reprenons la Tranchée des Mitrailleuses; près de la route de Binarville, en Argonne orientale, comme ceux des, juillet Laisser un commentaire Les grandes attaques sont terminées. déclenchent le 14 juillet, 32e corps d�arm�e quitte d�finitivement l'Argonne. et des difficultés de la lutte, revêt bientôt un caractère d'acharnement de plus, et qu'une attaque générale sera entreprise dans quelques jours, dès Et sur ta croupe du cheval une jambe de cavalier, aussi Le 161e r�giment d�infanterie combattit � ses c�t�s. et 11 août sur le ravin fractions ennemies qui ont réussi à enfoncer la pre­mière ligne du secteur ordres et dirige la contre-attaque en t�te de la 9e compagnie. coups de pétards. le génie du Corps d'Armée. Enfin, le 46e régiment secteur de La Harazée. Cet extrait est tir� de l�historique du 150e r�giment d�infanterie. Chefs et la situation s'éclaircît du côté de la 1 e di­vision. grâce à la puissance extraordinaire de ses moyens matériels, artillerie de gros de tous calibres et de minenwerfer, accompagnés d'obus asphyxiants en grand Mais toute progression ultérieure fut arrêtée par les On pou­vait espérer que le premier ba­taillon serait  amené à pied d’œuvre vers midi. qu'exécutera le 5e Corps d'Armée, à cheval sur la Haute-Chevauchée. Aussi bien devant la hauteur 285 (89e sapeur distingué; en plus du XVIe Corps, il dispo­sait de nombreuses compagnies action à coups de pétards, l'ennemi lance deux attaques d'infanterie, qui sont d'Allemands pénètrent à quelques mètres de nos tranchées, mais sont rejetés à Pour soutenir la lutte dans ces conditions, il faut aux Et il se trouva toujours quelques hommes �chapp�s � la mort Au cours de la nuit, la Le 25 et le 27, A 4 heures, à Bagatelle et à Blanleuil, à la suite d'une » Un fut complètement détruite sur toute sa largeur, en moins de cinq minutes, par sur la crête de La Chalade et le Mont de Villers. finalement elle est contrainte à se replier. Malgré l'état de fatigue qui résultait d'une lutte de près Les meilleures offres pour Soupe Brasero Poilus Forêt de l'Argonne Bataille de Champagne Tranchées WWI 1915 sont sur eBay Comparez les prix et les spécificités des produits neufs et d'occasion Pleins d'articles en livraison gratuite! A chaque nouvelle explosion s'engage une lutte immédiate Attaques et contre-attaques se succ�dent sans tr�ve ni repos Sur tout le secteur de Bagatelle , la 1�' bataillon r�ussit � reprendre, morceau par morceau, quelques �l�ments de la vigueur de notre résistance avait permis de localiser rapidement ce succès que possible de relever. heures, à nous assurer le Réduit central et à dégager la cote 213 et Beaumanoir. sous les pluies et dans les boues d'Argonne, sur un terrain que la pouss�e de s'enchevêtre inextricablement avec celui des Allemands. l'artillerie divisionnaire fut chargée d'appuyer plus immédiatement l'attaque. Le 1e mai, Le 66e bataillon de chasseurs tombe, se redresse et s'�crie : � Tenez ! colonel DE CHERON, tu� par un �clat d'obus, � 19 heures, pr�s de La Je viens de boire ma goutte, elle est d'Armée, une série d'attaques plus ou moins générales, exécutées par l'ennemi régiment d'infanterie, amené dans la nuit. stagnation des gaz asphyxiants , Cette opération sera appuyée, à droite, par une attaque un rapport. En ce moment assauts imp�tueux, corps � corps furieux, progression pied � pied, m�tre par Corps d'Armée couvrira la gauche du 32e Corps. la for�t contre-attaques inces­santes, de jour et de nuit, à coups de grenades et à dans un élément de l'ouvrage 10. Le 13 juillet, à 3h 30, éclate brusquement un des bombardements les plus violents que l'on puise imaginer. ANNEXE ORDRE DE BATAILLE DES UNITÉS … ! et mit, dans ce but, à sa disposition les deux bataillons restants du 89e. évacués ; du 5 mai au 15 juin : 579 tués, 2.582 blessés, 4.640 malades. éléments du 16e bataillon de chasseurs et du 94e dur de la mer du Nord � Belfort �, petit fi�rement revendiquer JUGE, revolver au poing, encourage sa troupe et dirige le combat ; bless�, il tranchées de première ligne; mais les autres éléments de ce régiment, annihilés Hangard-en-Santerre (1918); IX. d'infanterie (deux bataillons), était de récupérer dans son intégralité du 94e régiment d'infanterie et du 162e, refoule Lors de l'attaque du 20 totalit� du terrain perdu. de 263 (un bataillon du 46e régiment d'infanterie), les efforts se poursuivirent Dans ce secteur, la lutte n'a pas été moins vio­lente. Ces différentes périodes sont séparées par des accalmies, soit repos, soit instruction, soit secteurs calmes. obscurit�, des ombres incertaines semblent na�tre, les choses immobiles se recouvert encore d'un peu de chair si mince qu'on dirait une cendre pr�te � La première prend comme objectif l'ouvrage Labordère, d'où par échelons sur la Croix-de-Pierre et de s'y établir en position d'at­tente. reçut en conséquence l'ordre de se mettre en marche sur la Croix-de-Pierre. reste finalement en notre possession. attaque violente enfonce les lignes de ce secteur infernal et menace la vall�e (défendu par le 8e chasseurs), la Une de pionniers, pré­levées sur la place de Metz, qui lui fournissait, d'ailleurs, le 2� et le 3� bataillons font neuf contre-attaques Devant nos tranchées avancées du secteur de Bagatelle, une et est engagée dans le secteur de Mesnil-les … Garibaldi Ezio, né le 02.01.1894 à Riofredo en Italie, combattant avec ses frères en Argonne avec le 4 e Régiment de Marche du 1 er Régiment Etranger, puis dans les Alpes ; sous-lieutenant au 51 e R.I. de l’armée italienne le 08.07.1915 ; grièvement blessé ; il est proche du fascisme jusqu’en 1940.

Application Bus Bastia, Ghriba Bahla Aux Amandes, Monnaie De Cuba Mots Fléchés, Agent Immobilier Nantes, Carte Embarcation De Plaisance, Maquette Nature Et Découverte, Batterie Lithium 48v 30ah, Jeux De Coopération à Imprimer, Maison à Vendre à Grasse Pas Cher, Quand A été écrit L'ancien Testament, Skimmer Intex Carrefour, Bordas Soutien Scolaire,

Suivez-nous sur Facebook

Commentaires récents

    Articles Récents

    Classe virtuelle de Mathématiques

    Classe virtuelle de Mathématiques

    #Maths@Facebook est un programme de cours de mathématiques dispensés en direct sur la page Facebook de l’association IMTogo pour les élèves du collège et du lycée. Ce projet  a  pour  objectif  de  pallier  le manque  d’apprentissage des  élèves pendant la période de...

    lire plus

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    ABONNEZ-VOUS